Une utilisatrice du composteur de cuisine bokashi satisfaite : elle partage son expérience

Capture_decran_239.png

Rozenn Ravily, son composteur de cuisinie et son composteur de jardin

De son petit composteur de cuisine à son jardin...

Rozenn Ravily, habitante de La Réunion, utilise depuis peu un composteur de cuisine bokashi, en complément de son composteur de jardin. Au début, il n'était pas si simple pour elle de l'utiliser mais peu à peu, cette passionnée de jardinage devient une experte en compostage. Souriante, elle raconte ses premiers mois avec son petit composteur d'appartement:

«Au début, on ne sait pas trop quand il faut prendre le liquide. J'ai dû attendre au moins 1 mois pour le récupérer. Mais après, ça dépend aussi de la quantité d'épluchures qu'on met dans le composteur».

La Réunion connait depuis quelque temps une sécheresse importante, mais cela n'a pas empêché Rozenn d'entretenir son potager, bien au contraire ! Cette adepte de la permaculture est toujours au petit soin avec ses plantes. Ne pouvant lancer son potager sans pluie, Rozenn en a profité pour ajouter du digestat provenant de son composteur de cuisine Ecovi directement dans de la terre. Elle attend patiemment que celle-ci se fortifie afin d'accueillir ces nouvelles pousses. 

«N'ayant pas de pluie, j'ai renforcé la terre avec de l'engrais liquide», explique-t-elle. Chez cette habitante de la commune de la Possession se cachent toutes sortes de pots, qui abritent des fruits et légumes divers et variés : basilic vietnamien, romarin, plante d' « efferalgan », laitue, curcuma, baies roses, persil, citrouilles, thym, oignons verts, piments... Le mélange d'engrais liquide et de digestat à de la terre a fait des miracles dans son potager ! Chez elle, les plantes se sentent bien. Elles ont un bon sol et de la bonne terre. «Dans cet engrais liquide, il y a beaucoup d'azote et c'est cet azote qui donne de la vitalité aux plantes. Grâce à l'engrais liquide, certaines de mes plantes n'ont jamais été aussi jolies», explique Rozenn. 

Dans son jardin se trouve notamment un petit composteur d'extérieur qu'elle présente fièrement. «C'est là que je mets au fur et à mesure mes déchets alimentaires et mon compost bokashi, que je recouvre de feuilles sèches. C'est grâce à ça que le compost se fait peu à peu». Avec sa grosse pelle, elle retourne son compost dans lequel apparaît de l'humus ainsi que toutes sortes de petites bêtes, signe d'un compost réussi. Une légère odeur de terre fraiche se dégage alors de son composteur de jardin. 

C'est un avantage d'avoir un composteur de cuisine lorsque l'on possède un petit composteur de jardin. Rozenn raconte : «Avant quand j'épluchais mes légumes le soir, j'avais la flemme d'aller mettre les épluchures dans le compost dehors. L'avantage maintenant c'est que c'est plus rapide et mon compost est plus réussi. Dès que j'ai terminé d'éplucher mes légumes, je mets directement les épluchures dans mon mini composteur bokashi tandis qu'avant, je prenais du temps avant de les mettre dans le composteur dehors et tout était déjà moisi. J'économise mon énergie et mon compost est plus efficace.»

Un jardin et un compost potager de qualité pour un retour aux sources 

Pour elle, avoir un jardin lui permet de cultiver les légumes qu'elle aime et notamment les légumes anciens, typiques de La Réunion.» Baton mouroum, zambrovate, l'arrow-root... son jardin abrite une quantité de fruits et légumes que l'on trouve de moins en moins sur les étales des marchés. «Moi je suis un peu pour revenir à notre Réunion d'avant avec le jardin créole car c'est ce jardin qui a mieux résisté à l'époque. Il a été conçu pour résister contre la chaleur et contre l'assèchement du climat.» Cette amoureuse des plantes assure que c'est en observant ses plantes, qu'elle a tout appris. Ça lui a permis de «revenir à des choses simples, comme faisaient les anciens .»

Les 4 conseils de Rozzen pour avoir un compost rapide avec son composteur de cuisine 

  • «Il faut souvent vérifier le composteur de cuisine car si l'on attend trop, il y a de la moisissure qui apparait. Maintenant, toutes les semaines je le vérifie.» 

  • «Il ne faut pas mettre beaucoup de liquide dans les plantes. Il faut juste un fond d'engrais liquide qu'il faudra diluer avec de l'eau. Au début, je ne savais pas et mes plantes ont cramé.» 

  • «Il faut bien être rigoureux et bien regarder la différence avant et après. Il est important de mettre des petits morceaux, ne pas laisser des tiges et bien casser les coquilles d'œufs par exemple. Il est vraiment nécessaire d'appliquer les recommandations à la lettre et de se concentrer au début car après, ça devient automatique. Pensez à laisser le composteur de cuisine sous vos yeux car on peut oublier de vider l'engrais liquide. Il vaut mieux vérifier tout le temps que de le laisser trop longtemps stagner.»

  • «Il faut enfin parler du composteur de cuisine bokashi autour de soi, avec sa famille, ses amis, ses collègues, ses connaissances. De nombreuses personnes dans mon entourage ont essayé et ont adopté le composteur de cuisine dans leur quotidien. C'est une bonne chose car le composteur permet à ceux qui vivent dans des appartements de faire leur compost.» 

bannière

Découvrez nos kits de compostage urbain prêts à l'emploi

Kit_nutri.png

Kit_terra.png

KIT_cyclus.png

En savoir plus
Accepter